Poésie

L’art de l’épée

Dans l’ombre, se tient une silhouette noire.
Elle est trop perfide pour réclamer duel
et frappe de son épée, sans honneur ni gloire,
Le chevalier qui s’engouffre dans la ruelle.

L’homme pense à tort que fiel signifie adresse.  
Le preux laisse glisser la furie sur son fer
Il assaille prestement l’ouverture inverse,
Voilà que notre félon saigne et vocifère.

Il attaque derechef malgré la douleur.
Le chevalier pare et tourne contre l’acier,
Car faux tranchant s’emploie à museler l’orgueil.
S’incline ainsi qui de l’art n’a point le secret.

Et lorsque de sa pointe le preux se saisit  
C’est la gorge offerte que désire sa lame.   
Comme le ferait une dague à l’être impie,
Elle meurtrit la chair et perce jusqu’à l’âme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s