Littérature·Poésie

Au clair de lune

La nuit étale ses heures
Sur mes courbes alanguies. 
Tandis que la pensée pleure
Eros dans ses fantaisies,
Au clair de lune, se leurre. 

Le long de mes souvenirs, 
Courent alors les griffures, 
Sillage de mon désir. 
Entends-tu le long murmure ? 
Du corps qui pense frémir. 

 Les caresses de velours 
En la chimère fugace 
S’éteignent au point du jour, 
Le lémure qui m’enlace 
Et tes lèvres, mon amour. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s